Petits essais en forme de notules

Malraux définit le lecteur par vocation comme celui qui jouit de «la faculté d'éprouver comme présents les chefs-d'oeuvre du passé»...



Je souscris à cette définition et m'attacherai à présenter ici quelques réflexions au fil de mes lectures qui suivent rarement l'actualité littéraire, pour le plaisir de partager découvertes ou, éventuellement, récriminations... . Quoique, la vie étant bien courte, il vaut mieux, dans la mesure du possible, écarter le désagréable lorsque cela, comme il arrive trop rarement, est en notre pouvoir et vouloir.






vendredi 8 juin 2012

Photo de la semaine (13) : l'iris versicolore

iris versicolore du jardin de mes tantes



Je n'étais pas très âgée, en 1976, lorsque je suis allée pour la première fois à Versailles.  Le faste du château et des jardins m'a certes éblouie, mais je me souviens  avoir aussi été très intriguée par la présence de MES fleurs de lys un peu partout, entre autres, sur les écussons que l'on retrouve souvent dans les coins supérieurs des pièces... J'ai toutefois rapidement compris que la fleur de lys québécoise dérivait du lys de France et que notre fleur nationale disait notre première ascendance qui fut française avant la conquête entérinée par la bataille des plaines d'Abraham, puis par la ratification du Traité de Paris, en 1763, qui consacra notre passage définitif au glorieux empire britannique.

Le lys demeure toutefois très présent au Québec, et le drapeau que nous avons adopté en 1948, le fleurdelisé, est ainsi décrit dans la langue particulière de l'héraldique : «d'azur à la croix d'argent cantonnée de quatre fleurs de lys du même».





Vous vous dites peut-être qu'il n'est guère question d'iris jusqu'à maintenant... C'est qu'en 1999, le lys français, qui ne pousse pas au Québec, a été supplanté, comme emblème floral, par : l'iris versicolore.

Cette plante est, en ce moment, en pleine floraison comme d'autres variétés d'iris semblables à celles que nous a montrées Enitram, récemment, à travers les photographies de son superbe jardin.  L'iris versicolore n'y est toutefois pas représenté d'où mon désir de vous le faire connaître.



L'été prochain sera peut-être plus propice à de longs développements sur notre emblème national... Histoire à suivre donc...

P.S. J'avais oublié, mais nous le savons toutes dorénavant : merci à Amartia pour ce rendez-vous hebdomadaire...



24 commentaires:

  1. Il a une forme très élégante et une couleur subtile !
    Je serai attentive à lui lors de mon prochain voyage.
    Bonne journée, Marie-Josée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Norma,

      Il s'agit d'une fleur classée parmi les fleurs printanières, car sa floraison se termine en ce moment. Tu auras donc la possibilité de voir ces iris si tu viens assez tôt avant le début de la saison des festivals.

      Bon dimanche!

      Supprimer
  2. J'ai cet iris au jardin et je l'aime beaucoup ! Pas trop nationaliste pourtant - mais je me souviendrai du Québec en le regardant dorénavant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de savoir qu'il pousse aussi en France. Je croyais que c'était une plante spécifique au Québec et que c'est ce qui expliquait qu'on l'avait choisie comme emblème...

      Je préfère cet iris à ceux qui sont plus luxuriants. Je lui trouve une certaine finesse...

      Supprimer
  3. l'iris et le lys royal ne sont en fait qu'une seule fleur ! une déformation du mot iris qui est devenu "lys" tu as raison la fleur des blasons représente bien un iris...
    bonne journée d'une yvelinoise
    Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'en y regardant d'un peu plus près, les fleurs de lys québécoise, françaises ou florentines ressemblent davantage à un iris stylisé qu'à la fleur du lys blanc souvent associé aux célébrations pascales...

      Merci de cette précision, Josette.

      Supprimer
  4. Ah le langage de l'art héraldique, un vrai bonheur, on ne comprend pas tout mais ça fait mystérieux et, avec le blason, on finit par interpréter !!! en tout cas, jolie façon de fêter le samedi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De surcroît, nous ne sommes qu'à deux semaines de la fête nationale des Québécois qui a lieu le jour de la St-Jean-Baptiste, c'est-à-dire le 24 juin.

      Je me demande quelle couleur prendra notre fête, cette année, avec tout ce qui grouille et qui grenouille!

      Termines-tu bientôt tes examens et la corvée de correction qui s'ensuit?

      Supprimer
  5. Ça tombe bien Marie-Josée, j'adore les iris, fleurs de printemps qui poussent en bas de chez moi à côté de mon abricotier... Bon, ton histoire à suivre... J'attends !!!

    Grosses bises d'ici à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont deux couleurs qui doivent bien se marier... Ici, au printemps, les iris poussent souvent à proximité de fleurs jaunes. Cela aussi crée un assez joli effet...

      Bises retournées avant qu'elles ne fondent, car on annonce 32 degrés pour lundi : la poisse! Seras-tu déjà à Venise?

      Supprimer
  6. Il est très simple et très beau
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve, moi aussi, Françoise...

      Bon dimanche

      Supprimer
  7. Et merci à toi pour cette jolie photo ! A la semaine prochaine pour notre rendez vous hebdo
    Bon week end

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas la parenté entre le lys royal et l'iris. Voilà une lacune de comblée ! Merci pour cette belle photo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé coupler mon iris avec quelques fleurs jaunes, mais le vert crée aussi un beau fond...

      Supprimer
  9. Une fleur magnifique, ce clajeux de vos tantes, Marie-Josée !

    Thoreau en parle à propos de l'étang de l'Oie, dans Walden :

    Au lieu du nénuphar blanc, qui requiert de la vase, ou du vulgaire jonc odorant, c’est l’iris bleu (Iris versicolor), qui pousse clairsemé dans l’eau pure, et s’élève du fond pierreux tout autour de la rive, où il se voit, en juin, visité par les oiseaux-mouches, et la couleur de ses glaives bleuâtres comme de ses fleurs, surtout leurs reflets, se marient étrangement à l’eau glauque.

    Iris Versicolore, c'est presque un pléonasme, irisé et versicolore sont quasiment synonymes, non ?

    RépondreSupprimer
  10. Bravo pour cette première photo de l'iris versicolore, elle est superbe avec sa zone de netteté et de flou. Pas facile à photographier l'iris !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je convoite un véritable objectif macro, mais les objectifs Nikon ne sont pas donnés... J'attends de maîtriser un peu mieux la technique pour me récompenser avec un meilleur objectif!

      à bientôt Fifi...

      Supprimer
  11. J'aime bien aussi celui-ci, qui poussait autour de notre puits, qui malheureusement a disparu avec des travaux de maçonnerie...
    Merci pour le lien avec un peu de retard, à bientôt !
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Marie-Josée !

    Comme c'est beau... J'adore ces fleurs ! (Je viens de publier des photos de mon jardin sur mon blog). Le drapeau du Québec est l'un des plus beaux au monde, si ce n'est LE plus beau. J'aime beaucoup aussi la feuille d'érable. Ces termes d'héraldique ont une élégance incroyable.
    Merci Marie-Josée pour ces belles photos et ce petit bout d'Histoire, j'adore cela !

    Bisous et calinous à la jolie Honey.

    Nath.

    RépondreSupprimer
  13. Les 40° à Venise seront pour plus tard, et je me réserve la lecture du Misanthrope à l'ombre avec un bon verre d'eau fraîche :-))))

    Bises à toi.

    RépondreSupprimer
  14. J'ignorais pour le drapeau.
    me voilà moins sotte!

    RépondreSupprimer
  15. Le climat canadien lui va bien à ce merveilleux iris.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires et réflexions sont bienvenus en français, en anglais, en italien et en espagnol ;0)