Petits essais en forme de notules

Malraux définit le lecteur par vocation comme celui qui jouit de «la faculté d'éprouver comme présents les chefs-d'oeuvre du passé»...



Je souscris à cette définition et m'attacherai à présenter ici quelques réflexions au fil de mes lectures qui suivent rarement l'actualité littéraire, pour le plaisir de partager découvertes ou, éventuellement, récriminations... . Quoique, la vie étant bien courte, il vaut mieux, dans la mesure du possible, écarter le désagréable lorsque cela, comme il arrive trop rarement, est en notre pouvoir et vouloir.






samedi 8 février 2014

Photo de la semaine (68) : la suite des choses...


pour Nadine


Je ne suis pas grande lectrice de poésie, car, comme pour le piano, il me semble que je n'apprécie les pièces qu'au moment où je les connais par cœur, ce qui réduit considérablement le nombre d’œuvres abordées... 

Or, je me suis réveillée ce matin avec un poème d'Anne Hébert en tête.  Je vous ai souvent parlé de Gabrielle Roy, mais je ne crois pas avoir évoqué Anne Hébert que j'ai pourtant beaucoup lue il y a longtemps, mais avec laquelle j'ai toujours eu un rapport plus distant qu'avec LA grande écrivaine de mon adolescence.  Peut-être Anne Hébert est-elle plus dangereuse, somme toute, que Gabrielle Roy...

Car le poème appris il y a trente-cinq ans au moins, sans fioritures et très simplement écrit, n'en est pas moins lourd de sens :

Il y a certainement quelqu'un

Il y a certainement quelqu'un
Qui m'a tuée
Puis s'en est allé
Sur la pointe des pieds
Sans rompre sa danse parfaite.

A oublié de me coucher
M'a laissée debout
Toute liée
Sur le chemin
Le cœur dans son coffret ancien
Les prunelles pareilles
A leur plus pure image d'eau

Au réveil, il me manquait les derniers vers... J'ai cherché un bon moment, par entêtement, avant de finalement faire trois pas, car je dors au milieu de ma bibliothèque.  Voici ce dernier quatrain : 

A oublié d'effacer la beauté du monde
Autour de moi
A oublié de fermer mes yeux avides
Et permis leur passion perdue

En le lisant, je me suis dit : pour le temps qui reste devant qui est moindre que celui que je laisse derrière, pourquoi ne pas accorder une plus grande importance à certains des segments de phrase... la beauté du monde... les yeux avides... leur passion et oublier, cette fois, les premiers vers?

C'est la grâce que je me souhaite et que je vous souhaite...

P. S. Merci à la photographe

C'est ma participation indirecte à la photo de la semaine d'Amartia...







38 commentaires:

  1. Beaucoup d'émotion dans ce billet en image et en mots !
    Vous allez bien ensemble !!!
    Quelle beau duo de regards !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien,Fifi! C'est ce qu'on me dit pour me convaincre que j'ai fait le bon choix en réduisant, de plus ou moins bon cœur, le format de mon pitou, moi qui ai toujours eu de grands chiens...

      Supprimer
  2. Tu as raison de garder des segments de vers mais, mais qui à mon goût n'auraient pas de sens sans les premiers.
    Je retiens surtout de ton billet la photo de vos quatre prunelles et des bras qui enlacent pour plus de protection.
    Gros bisous Marie-Josée.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... les éducatrices de la maternelle que fréquente Moka me disant de couper le cordon, mais elle est si minuscule lorsque je la compare à Honey!!! Enfin! Elle fait malgré tout beaucoup de progrès grâce ou malgré sa maîtresse en raison des fréquentes visites de tatie Moka qu'elle adore!

      Bonne semaine à Prunelle et à toi

      Supprimer
  3. Bonjour Marie-Josée. Quel plaisir de te voir avec ta petite Moka dans ce tendre câlin. Le poème que tu cites est beau mais je le trouve douloureux bien qu'il tende vers l'espoir et l'optimisme.
    Tu as raison d'accorder de l'importance à ce qui vient; d'ouvrir tes yeux et ton coeur. Moka est avec toi pour profiter au maximum de la beauté du monde.
    Bises à toi Marie-Josée et caresses à la craquante petite Moka.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un poème du début de la carrière d'Anne Hébert. Contrairement à Gabrielle Roy, c'est un auteur qui peut manifester une certaine violence. Elle demeure tout de même à découvrir.

      Quant à la craquante petite Moka, j'espère que tu auras l'occasion de faire sa connaissance!

      Supprimer
  4. c'est une très belle participation
    je ne connais pas du tout ce poème mais je vais le copier dans mon cahier de pensées.
    Merci Marie-Josée
    Très belle semaine

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas cette poétesse
    Je suis allée lire quelques textes ici:
    http://lapoesiequejaime.net/ahebert.htm#quelqu%27un
    merci pour ce partage

    Le beau est une joie pour toutes les saisons et une possession pour l'éternité
    Oscar Wilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Hébert est une grande poétesse québécoise malgré le fait qu'elle a consacré une bonne partie de son existence au roman. Vous pourrez aussi découvrir l'oeuvre de son cousin, Hector de Saint-Denys-Garneau, qui vous plaira probablement.

      Merci de votre passage

      Supprimer
  6. Plus qu'un poème, une philosophie de la vie, j'aime !
    Et j'aime beaucoup l'amour qui émane de cette photo...
    Belle soirée, Marie-Josée, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Il faut, à un certain âge, redéfinir ou préciser ses choix, et je crois que c'est ce que je suis en train de faire tout doucement pendant ce temps d'arrêt qui m'est donné.

      Bises

      Supprimer
  7. Billet touchant, très touchant. Merci Marie-Josée. Vous êtes très photogéniques ta puce et toi ! Il y a beaucoup de tendresse dans vos regards.Vous êtes belles et allez bien ensemble. Quel amour la petite Moka ! On fond...
    Merci pour ce beau poème, ne retenir que l'espoir est bien Gémeaux ! Je te reconnais sister astrale ! lol
    Bisous Marie-Josée et petite Mokadamour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SIster astrale? Pourquoi pas... voilà une autre chose que nous avons en commun donc...

      Bises

      P. S. Moka a finalement accepté de siester dans mon bureau ce qui me permet d'écrire avec autre chose qu'une tablette, instrument qui ne me permet pas de commenter les blogs!

      Supprimer
  8. Vous faites un beau duo, toutes les deux !!!
    Que d'émotion dans ton billet...
    Beau dimanche ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement! Dieu seul sait combien j'ai aimé Honey, mais avec Moka, c'est autre chose pour un autre moment de ma vie.

      Bises

      Supprimer
  9. Un double portrait parfait ! Et puis tu as raison, mieux vaut ne garder que les mots positifs, même si l'ensemble forme un poème délicat. Je vais aller découvrir cette auteure sur le net puisque Marie a laissé une URL. Passe une bonne semaine, et fait une caresse pour moi à ta petite Moka.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Caresse transmise et retransmise, Amartia.

      Comme je le disais à Marie, regarde peut-être aussi Saint-Denys-Garneau, cousin dont Anne Hébert était très proche...

      Supprimer
  10. Très bel optimisme matinal, et en plus cette tête de chien si admirable!
    Bonne semaine Marie Josée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle a toute une bouille!

      À bientôt

      Supprimer
  11. Merci pour ce poème et sa leçon de vie.

    RépondreSupprimer
  12. On dit que le temps suit son cours, c'est pas tout à fait vrai mais il fait qu'on accepte, du moins c'est ce que je crois.
    Et puis, il vaut mieux être une personne sensible qu'insensible même si on doit en payer le prix. Bon courage dans les moments difficiles.

    Bon dimanche.
    Linda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mais, quand la vie nous secoue le pommier, comme on dit chez nous, on oublie parfois les leçons philosophiques!

      à bientôt

      Supprimer
  13. Ce poème d'Anne Hébert est un beau témoignage que nous pouvons tous reprendre à notre compte : c'est l'art des textes importants d'émouvoir universellement. Il en va de même pour les images, comme vos regards conjugués de tendresse. Que votre semaine avec Moka soit douce et joyeuse comme le retour du printemps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous aimerez sans doute Anne Hébert si vous poursuivez sa lecture. Sous l'apparente simplicité de ses textes, il y a une charge émotive très forte.

      Quant au printemps, très chère, nous l'espérons, mais ce ne sera pas pour la semaine prochaine! Encore des -20 prévus!!!

      Supprimer
  14. La suite des choses me paraît en bonne voie et je suis heureuse pour vous deux de tout cet amour que vous vous portez l'une à l'autre! Moka est si jolie et a besoin de toi pour avoir une belle vie. Alors il vous faut effectivement avancer ensemble en étant positives.
    Bonne route à vous deux. Vous êtes bien belles toutes les deux!
    Bisous à l'une et caresses à l'autre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Marie-Paule! Si j'amorçais une autre carrière, j'irais peut-être du côté de la zoothérapie, car c'est pour moi très efficace!

      Bises

      Supprimer
  15. Tout plein d'amour dans cette photo où l'on constate que Moka t'a définitivement adoptée, et elle a bien de la chance ! Je vous souhaite de belles heures et plein de balades dans la Nature toutes les deux !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ça! Tu devrais voir la fête qu'elle me fait lorsque je m'absente, ne serait-ce qu'une heure! Quant aux balades, les pattes s'allongent petit à petit et seront peut-être prêtes pour l'arrivée du printemps qui tarde cette année avec notre hiver trop rigoureux!

      Bises

      Supprimer
  16. Ce petit chien aurait pu tomber beaucoup plus mal
    Sait-il la chance qu'il a ?
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas moins même trop mal lotie, vous savez... Un bébé chien qui dort de 22h à 6h dès sa première nuit et qui continue avec ce rythme depuis le premier jour à la maison, ce n'est pas si courant!

      Je vous écris tout de suite, car j'ai paressé ces derniers temps...

      Supprimer
  17. une belle ressemblance ... bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  18. Je tombe aujourd'hui seulement sur ces lignes et sur cette jolie photo d'un nouveau compagnonnage!
    Aller de l'avant, c'est ce qui nous reste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Cela me rappelle un proverbe africain que j'avais noté : si tu recules, tu meurs, si tu avances, tu meurs, alors pourquoi reculer!

      Supprimer

Vos commentaires et réflexions sont bienvenus en français, en anglais, en italien et en espagnol ;0)