Petits essais en forme de notules

Malraux définit le lecteur par vocation comme celui qui jouit de «la faculté d'éprouver comme présents les chefs-d'oeuvre du passé»...



Je souscris à cette définition et m'attacherai à présenter ici quelques réflexions au fil de mes lectures qui suivent rarement l'actualité littéraire, pour le plaisir de partager découvertes ou, éventuellement, récriminations... . Quoique, la vie étant bien courte, il vaut mieux, dans la mesure du possible, écarter le désagréable lorsque cela, comme il arrive trop rarement, est en notre pouvoir et vouloir.






vendredi 22 février 2013

Photo de la semaine (44) : Kesse-tu dis?

Pourquoi se cachent-elles ainsi? «Ma p'tite gueuse!» on ne se fait pas photographier en habits de semaine voyons!

Comme j'ai dû passer une partie de la semaine à pelleter et à valser avec la voiture sur les routes enneigées, il n'était a-b-s-o-l-u-m-e-n-t pas question que j'évoque ici les joies de l'hiver sinon par cette brève prétérition. Je me tourne donc vers un souvenir de l'été dernier en espérant faire sourire celles et ceux pour qui la semaine aura été difficile...

*******

Cela fait un bon demi-siècle que je les enquiquine et que je leur casse les oreilles quotidiennement; elles ont donc, ces dernières années, trouvé le moyen de résoudre une partie du problème : elles sont devenues sourdes!

Mais attention! Pas question de le leur dire, sinon, je me fais houspiller de belle façon!

«Attends, attends! Tu vas voir! Tu t'en viens de not'bord!»

Entendre que j'avance en âge et que je risque d'être affectée par des problèmes similaires aux leurs avant longtemps, ce dont je doute quand même un peu.  J'ai beau ne plus être une petite poulette du printemps, il me manque encore trois décennies, c'est-à-dire, 3 650 jours, 87 600 heures et 5 256 000 heures avant de les rejoindre. J'ai donc le temps d'entendre venir...

En attendant, lorsque je dis : 

«Ce soir, je mange des spaghetti.»

Je reçois comme réponse : 

«Tu veux des biscuits?»

Mais elles ne sont pas sourdes! Que nenni!

Alors, vous imaginez, l'été dernier, avec ma bronchite récalcitrante combinée à une extinction de voix?

Et, pour finir le plat, Honey aussi est sourde! Mais avec elle, je peux faire des signes ou frapper dans mes mains  sans qu'elle proteste vertement!  Avec mes tantes, si je parle d'implant cochléaire, c'est moi qui risque de me faire frapper!

Et, malgré tout, l'été commence à approcher même si cela ne se voit pas tellement aujourd'hui...

Et les ritournelles vont recommencer : 

«Appelle ma tante Huguette qu'a vienne souper!»

... et moi de crier à l'autre bout du champ et de m'entendre répondre : «Kesse-tu dis?»

... mais elles ne sont pas sourdes, surtout pas!

Vous n'avez pas compris : c'est moi qui ne parle pas assez fort!



Même si je déroge un peu aux règles de départ, je crois qu'Amartia me compte toujours parmi les participantes à la photo de la semaine.


33 commentaires:

  1. Bonjour Marie -Josée, un peu d'été et beaucoup d'humour c'est très bien pour cette fin de semaine, je n'ose dire que le froid repart après avoir lu la raison de cette photo.
    Patience et courage avec la pelle. Je vous souhaite une semaine plus calme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'intention qui compte, dit-on, car, en réalité, on nous annonce de la neige tous les jours sauf mardi!

      Bonne semaine chez vous

      Supprimer
  2. J'adore tes tantes, et cette photo surtout! Ton billet est très touchant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danke!

      Oui, moi aussi j'aime bien cette photo...

      @ +

      Supprimer
  3. Un rayon de soleil dans le long hiver québécois et un sourire le matin avec le thé, cela fait toujours du bien ! Bonne semaine à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien que je mette un peu d'humour dans mes ras-le-bol qui deviendraient lassants autrement!

      Tant mieux si je t'ai fait sourire!

      Bonne semaine à toi aussi

      Supprimer
  4. la bonne humeur pour la journée! du vécu! merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui! Pour ça, tout est on ne peut plus authentique!!!

      Made in Quebec as they say!

      Supprimer
  5. J'en ris, bien que parfois, c'est la situation type où je me retiens de ne pas péter les plombs. Tu verras, quand elles seront appareillées, c'est toi qui parlera trop fort (histoire vécue!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que ce ne soit pas demain la veille! Elles ne veulent même pas faire un simple examen...

      On verra bien!

      Supprimer
  6. Même si tu déroges à la règle, je me suis bien plu dans le jardin de tes tantes!!!!
    Faire la sourde oreille, tout un poème...
    Je déroge beaucoup aussi!!!
    Très bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un très beau et très grand jardin qui est entièrement enseveli sous la neige en ce moment, mais je ne dois pas perdre espoir, n'est-ce pas?

      Bonne semaine chez toi

      Supprimer
  7. Faire la sourde oreille: une expression qui pourrait coller à cette histoire humoristique vécue.
    Il reste le langage avec les mains...
    Pour la grande histoire de notre entourage, ma maman commence à avoir les mêmes symptômes: je lui ai demandé de se faire appareiller pour ne pas se retrouver isoler du monde.
    -"Doux WE"
    -"Comment?"

    M de S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment a-t-elle reçu la proposition?

      À part moi, mes tantes fréquentent surtout des personnes qui ont le même âge qu'elles. Entre «dures de la feuille», elles finissent par trouver le juste niveau sonore.

      C'est effectivement moi qui détone!

      Bonne semaine

      Supprimer
  8. Beaucoup de tendresse et d'humour dans ton billet :-) Fais leur une grosse bise de ma part ! Et une autre pour toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, Fifi, je transmettrai!

      Bonne semaine chez toi...

      Supprimer
  9. l'oreille est une mécanique fragile et capricieuse quand on vieillit. Certes j'ai connu des gens qui se faisaient sourds quand cela les arrangeait. En ce qui me concerne, cela dépend du moment et de l'environnement sonore. Je perçois certains sons pratiquement inaudibles pour la plupart alors que d'autres sons plus utiles m'échappent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écoute sélective en quelque sorte...J'espère que cela ne vous incommode pas trop!

      Supprimer
  10. Ah Marie-Josée quel bonheur et quel plaisir que de lire ton article plein d'humour et de tendresse à la fois. Tu m'as bien fait rire et cela fait un bien fou.
    Merci pour ce partage de moments drôles et ensoleillés.
    Je te souhaite un très bon dimanche :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était le propos! Si l'on ne rit pas de ces petites tragédies du quotidien dont le vieillissement est rempli, elles peuvent devenir très lourdes à porter...

      Je te souhaite une fort belle semaine!

      Supprimer
  11. Elles ne sont donc pas dures de la feuille, c'est toi qui a la voix douce.

    Je t'embrasse Marie-Josée à tout bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, Danielle : tu as tout compris!

      Je cours chez toi pour aller voir Notre-Dame.

      Bises

      Supprimer
  12. Pour continuer avec une note d'humour sur le thème de la surdité et trouver le courage de se faire appareiller, vous pourriez conseiller à vos tantes qui paraissent charmantes le livre de David Lodge intitulé "La vie en sourdine", aux éditions Rivages. Il fourmille d'anecdotes toutes plus drôles les unes que les autres.
    Je vous souhaite le retour rapide du soleil, Marie-Josée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends bonne note, Anne, car j'apprécie ce romancier!

      Merci pour le soleil, mais, apparemment, ce ne sera pas pour la semaine qui vient!

      Bonne semaine chez vous avec ce début de printemps.

      Supprimer
  13. "...Jamais mon coeur ne peut en ta présence
    Te dénombrer les baumes qu'il contient;
    Peut-être as-tu la juste connaissance
    Que rien ne m'est qui ne soit d'abord tien.

    C'est une étrange et formelle habitude
    Que nous avons de ne rien confronter
    De ton royaume et de ma servitude,
    De ton silence et du mien à côté.

    Une subtile et perspicace crainte
    Nous fait chercher de délicats détours:
    Quand notre amour veut exprimer l'amour,
    Notre franchise est faite de nos feintes.

    Ce pur silence, ample et de noble aloi,
    Nous a toujours tout appris, sans offense.
    Tacitement nous devinons nos lois,
    Et notre énigme est notre confidence...

    Anna de Brancovan

    A mettre au pluriel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas Anna de Brancovan, mais c'est un très beau poème que je m'empresse de recopier...

      Vous dire qu'il décrit la réalité de mes tantes... c'est une autre histoire. Dans la famille de neuf enfants, elles n'étaient séparées que d'une année et ont donc toujours été un peu comme chien et chat. Le destin les oblige toutefois à composer avec leurs différences, car la troisième tante qui vivait avec elle n'est plus là pour servir de zone tampon...

      À tout bientôt

      Supprimer
  14. Savoureux !!! c'est comme l'impression quand on vieillit que les marches sont plus hautes, les côtes plus dures et les poids plus lourds , que nenni, c'est l'âge qui transforme tout ! Bel hommage aux deux tantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Michelaise, et je commence malheureusement à m'en apercevoir d'où cette pirouette humoristique pour transformer un peu les choses...

      Supprimer
  15. Ah... les durs de la feuille (tiens, ça me fait penser à Tournesol et son cornet dans l'oreille... suis sûre que tu connais).
    Mon Papa (alias Papy Charles) a quelques problèmes de la sorte, mais il ne veut absolument pas aborder le problème, à notre grand désespoir.
    Ta première photo de tes tantes ma rappelé mon voyage au Québec où j'avais remarqué le nombre très élevé de ces sortes de "gloriettes à bascule" typiques que chez vous : on n'en voit pas du tout en France.

    Tu sais quoi ? Aujourd'hui, il neige à Toulouse !!!

    Biseeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ici, il pleut ce matin!

      Joli monde à l'envers.

      Par contre, pour les durs de la feuille, le comportement semble être équivalent un peu partout!

      Bises découragées!!!!

      Supprimer
  16. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre. Et par expérience vécue avec mon père, je sais que la surdité peut être à géométrie variable. Parfois l'on parle très fort et il ne comprend pas, et pour une fois que l'on parle doucement en aparté avec une tierce personne et il se mêle à la conversation !

    RépondreSupprimer
  17. Courage Marie-Josée, le printemps va finir par arriver ! Je comprends ton ras le bol, même ici l'hiver est long et je n'ose pas le comparer au tien. Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  18. Le problème, Marie-Josée, est que c'est toi qui ne prononce pas bien ! lol Je plaisante, bien sur. Quand on vieillit on a parfois un petit problème d'oreille, mion père avait ce souci, mais ma mère, au même age aujourd'hui, entend mieux que moi ! si si ! Mais il faut dire que je suis toujours dans "mon monde" lol, entre nature et lune...
    Bises

    RépondreSupprimer

Vos commentaires et réflexions sont bienvenus en français, en anglais, en italien et en espagnol ;0)