Petits essais en forme de notules

Malraux définit le lecteur par vocation comme celui qui jouit de «la faculté d'éprouver comme présents les chefs-d'oeuvre du passé»...



Je souscris à cette définition et m'attacherai à présenter ici quelques réflexions au fil de mes lectures qui suivent rarement l'actualité littéraire, pour le plaisir de partager découvertes ou, éventuellement, récriminations... . Quoique, la vie étant bien courte, il vaut mieux, dans la mesure du possible, écarter le désagréable lorsque cela, comme il arrive trop rarement, est en notre pouvoir et vouloir.






vendredi 13 juillet 2012

Photo de la semaine (17) : petit poilu!


Je donne dans l'animalier ces temps-ci... la fréquentation des bêtes, c'est tout de même revigorant.

Voici donc le nouveau pensionnaire arrivé depuis peu chez mes tantes.  Il est, à vrai dire, en garde partagée entre mes tantes qui habitent à un jet de pierre et leur soeur, une autre, donc, de mes tantes, qui habite la maison familiale à, disons, un lancer de javelot par athlète olympique exceptionnel...

Dans la petite enclave d'un autre temps où nous habitons, circonscrite par un parc immobilier de plus en plus vorace, l'âge moyen est bien au-dessus des soixante-dix ans et c'est moi, ce qui est tout dire, qui fait baisser la moyenne!

L'arrivée d'une petite jeunesse poilue, crapaude et ratoureuse, met donc de la vie et du mouvement malgré la canicule qui devrait sévir jusqu'au milieu de la semaine prochaine.  

Même si la proposition d'Amartia proposait la présentation d'une photo hebdomadaire, vous me permettrez peut-être d'ajouter, ici, un passage de ma chère Colette auquel j'ai tout de suite songé en réfléchissant à mon billet d'aujourd'hui... Vous vous souvenez de ce chapitre intitulé pudiquement «Le rire»? C'est un des beaux chapitres du livre d'elle que je préfère : La Maison de Claudine.  Colette y raconte la réaction de sa mère à la mort du capitaine...

La dernière page décrit ce que nous avons probablement toutes vécu, l'âge aidant, puisque les deuils s'amoncellent au rythme des années : vous savez, lorsqu'on oublie, pour une première fois, que l'être vers lequel on avait l'habitude de se tourner pour la conversation, pour le compagnonnage des bons et des mauvais jours n'est plus... Notre intelligence a enregistré la disparition, nous avons même accompli toutes les tâches qui entourent cet évènement, mais nous ne l'avons pas encore vraiment accueilli en nous-même.  Je laisse la parole à Colette qui décrit cela mieux que moi et vous comprendrez  pourquoi j'ai associé ce passage à mon petit poilu...

Elle se leva brusquement, fit quelques pas vers une chambre vide et s'arrêta :

- Ah! c'est vrai...

Elle revint s'asseoir, avouant, d'un geste humble et simple, qu'elle venait, pour la première fois de la journée, d'oublier qu'il était mort.

-Veux-tu que je te donne à boire, maman? Tu ne voudrais pas te coucher?

-Eh non! Pourquoi? je ne suis pas malade!

Elle se rassit et commença d'apprendre la patience, en regardant sur le parquet, de la porte du salon à la porte de la chambre vide, un chemin poudreux, marqué par de gros souliers pesants.

Un petit chat entra, circonspect et naïf, un ordinaire et irrésistible chaton de quatre à cinq mois.  Il se jouait à lui-même une comédie majestueuse, mesurait son pas et portait la queue en cierge, à l'imitation des seigneurs matous.  Mais un saut périlleux en avant, que rien n'annonçait, le jeta séant par-dessus tête à nos pieds, où il prit peur de sa propre extravagance, se roula en turban, se mit debout sur ses pattes de derrière, dansa de biais, enfla le dos, se changea en toupie...

- Regarde-le, regarde-le, Minet-Chéri! Mon Dieu qu'il est drôle!

Et elle riait, ma mère en deuil, elle riait de son rire aigu de jeune fille et frappait dans ses mains devant le petit chat... Le souvenir fulgurant tarit cette cascade brillante, sécha dans les yeux de ma mère les larmes du rire.  Pourtant elle ne s'excusa pas d'avoir ri, ni ce jour-là, ni ceux qui suivirent, car elle nous fit cette grâce, ayant perdu celui qu'elle aimait d'amour, de demeurer parmi nous toute pareille à elle-même, acceptant sa douleur ainsi qu'elle eût accepté l'avènement d'une saisons lugubre et longue, mais recevant de toutes parts la bénédiction passagère de la joie, - elle vécut, balayée d'ombre et de lumière, courbée sous des tourmentes, résignée, changeante et généreuse, parée d'enfants, de fleurs et d'animaux comme un domaine nourricier.







20 commentaires:

  1. Merci de ce beau texte que je ne connaissais pas et qui me touche particulièrement ces jours-ci. Le chaton est adorable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une comédienne de chez nous disait qu'il y a un livre de Colette pour chaque âge de la vie d'une femme... Peut-être faudrait-il ajouter qu'il y a un texte de cet écrivain pour chaque évènement de l'existence.

      Bonne semaine!

      Supprimer
  2. De loin cela me va très bien mais uniquement le fait de regarder les photos et voila que je tousse et éternue!!
    Psychosomatique!

    C'est amusant cette semaine je me suis amusée à photographier les facéties d'un jeune chiot le long du canal St Martin et j'ai failli en faire la photo de la semaine!

    "Est-elle plus jolie que moi? Je ne crois pas. D'ailleurs quelle chatte est plus jolie que moi? Je voudrais regarder cette intruse à loisir, pendand qu'elle me tourne le dos. Mais chaque fois, juste à ce moment-là, juste en même temps que moi... Elle se retourne et me regarde."
    Colette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux voir les photos du bébé chien!

      Colette et les chats, c'est une longue histoire d'amour! J'ai chez moi un vieux recueil que possédait mon parrain où l'on a rassemblé les textes de Colette sur les félins.

      Avez-vous déjà lu le roman La Chatte? à moins qu'une quinte de toux ne s'installe dès les premières pages, je vous le conseille!

      Supprimer
  3. Il est craquant, et ce texte fort émouvant. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À chaque promenade du grand chien, je fais un arrêt chez mes tantes pour jouer avec le chaton; il m'attend donc dorénavant impatiemment!

      Supprimer
  4. Adorable ce petit tigré ! Et les mots de Colette toujours aussi réjouissants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adorable en photo, mais un peu gripette d'autant qu'il n'a pas encore appris à faire patte de velours!

      Supprimer
  5. Délicieux cet extrait de Colette.
    Emerveillement à chaque fois qu´on la retrouve.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, Alba, Colette n'est jamais bien loin chez moi!

    Très bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  7. à cet âge là, ils sont absolument craquants !! et celui-ci ne faillit pas à la règle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement...Nous avons nos habitudes de jeu! Pas certaine que cela durera...

      Supprimer
  8. J'adore les p'tits poilus de ce genre !
    Profites-en bien, il deviendra bientôt un gros poilu !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Christine, visite bi-quotidienne pour qu'il s'habitue à mon grand chien!

      Bises et bonne semaine

      Supprimer
  9. C'est un très beau texte, émouvant. Et qui s'accorde bien à la photo de la semaine qui est toute aussi belle et émouvante.

    Linda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'encourage à parcourir La maison de Claudine si ce n'est déjà fait, car tous les textes sont de la même qualité...

      à bientôt

      Supprimer
  10. Un chaton et Colette, voici un billet idéal pour moi ;-) Merci Marie-Josée et bon rétablissement à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une association qui allait pour moi de soi...

      Supprimer

Vos commentaires et réflexions sont bienvenus en français, en anglais, en italien et en espagnol ;0)